Conte de quartier

Conte de quartier

| 15 min

Court métrage d’animation racontant une folle journée dans un quartier en rénovation, où sept personnages, tous reliés par une poupée, sont entraînés dans une ronde sans fin. Ce conte urbain se nourrit de la violence des faits divers et du côté agité d’une grande ville pour explorer les comportements humains primaires, comme la peur, la haine, la violence et le désir. D’une grande beauté, Conte de quartier mélange des techniques de peinture et de sable sur verre animés directement sous la caméra. Film sans paroles.

Pedagogical evaluations and study guides are only available to CAMPUS subscribers.

CAMPUS

Features designed specifically for teachers. Learn more

Already subscribed? Sign in

Embed this code on your site

Video player width

by (( height )) Reset
Credits
  • direction
    Florence Miailhe
  • script
    Florence Miailhe
    Marie Desplechin
  • None
    Catherine Ginapé
    Francis Desharnais
    Olivier Lavenant
    Pierre Wayser
    Violaine Lecuyer
    Stéphane Gérard
    Laurent Sellier
    Anita Glodek
  • compositing
    Catherine Ginapé
    Francis Desharnais
  • picture editing
    Fabrice Gérardi
  • music
    Denis Colin
  • music - interpretation
    Pablo Cueco
    Didier Petit
    Guillaume Humery
    Denis Colin
    Camel Zekri
    Christophe Griveau
    Yves Robert
    Benoit Delbecq
    Regis Huby
  • location sound
    Thierry Balasse
  • music mixing
    Arnaud Houpert
  • sound design
    Olivier Calvert
  • sound effects creation
    Lise Wedlock
  • sound mixer
    Serge Boivin
    Geoffrey Mitchell
    Jean Paul Vialard
    Shelley Craig
  • administration
    Diane Régimbald
  • technical coordinator
    Julie Laperrière
  • head of production
    Francine Langdeau
  • producer
    Marcel Jean
    Dora Benousilio
  • line producer - assistant
    Fariza Daguelou
  • colour timing
    Jean-Marc Grégeois

  • carlophile

    Film prodigieux, notamment pour la qualité des dessins. Une poupée abondonnée, inanimée, obéit aux projets très différents des personnes qui la recueillent. Cette poupée toujours en mouvement dans des directions différentes est à l'image des habitants de cette ville en construction que peu de choses réunissent. Au fond, la poupée, la ville et ses habitants donnent l'impression de l'éclatement; tous ils sont plus animés qu'animateurs et leur histoire est à construire.

    carlophile, 17 Oct 2010